Chargement…

Un pouvoir de séduction signé Patek Philippe

Si Patek Philippe fait figure de référence dans les montres à grandes complications, elle ne cède en rien aux « petites », notamment avec ses montres à calendrier ou son offre féminine.

par Christophe Roulet

Chez Patek Philippe, très souvent, c’est un univers de grandes complications qui se dévoile au travers de modèles véritablement exceptionnels, à l’instar de la Grandmaster Chime Référence 6300, montre à deux visages comptant pas moins de 20 complications, dont cinq sonores, animées par 1’366 composants. Et l’on ne parle pas là d’une pièce unique puisque ce garde-temps, présenté en 2014 pour célébrer les 175 ans de la manufacture, a intégré les collections courantes deux ans plus tard. Mais dès le début des années 1990, Patek Philippe a également misé sur des complications qu’elle a dénommées « utiles », à l’instar du quantième annuel, de l’heure universelle ou du second fuseau horaire… et à la même époque, présenté la Twenty~4®, sa première montre féminine en acier serti de diamants. Et dans le registre des complications utiles, Patek Philippe fait également référence, notamment avec des modèles qui connaissent un réel engouement, tels les quantièmes simples, annuels, perpétuels et depuis cette année, le semainier.

Pionnier du calendrier

Les avantages du calendrier annuel sont patents. Plus simple, vue la nécessité d’une correction par an à la fin du mois de février, donc moins complexe qu’un quantième perpétuel et par conséquent plus abordable, il permet néanmoins des animations de cadrans originales. Or, Patek Philippe a fait œuvre de pionnier en la matière avec son mouvement breveté venant équiper la Référence 5035, volontiers considérée comme le premier véritable quantième annuel. C’était en 1996 et, depuis, cette complication est devenue une valeur sûre du catalogue de la maison, déclinée en plus de 20 versions différentes. Parmi elles, la Référence 5235 apparue en 2011 qui mariait de façon inédite le mécanisme de quantième annuel breveté de Patek Philippe à un affichage de type régulateur, dissociant les aiguilles des heures, minutes et secondes, tout en offrant les indications calendaires des jours, date et mois par guichets séparés. Le modèle revient cette année en or rose avec un cadran deux tons graphite-noir ébène.

Date de création
1839
Statut de la société
Société indépendante en mains familiales
Direction
Thierry Stern, Président et membre du Directoire
Philippe Stern, Président d’Honneur et membre du Directoire
Claude Peny, Directeur Général et membre du Directoire
Nombre de collaborateurs
2’100 en Suisse (dont 1’700 à Genève)
Collections phare
Aquanaut, Calatrava, Ellipse d’Or,
Gondolo, Nautilus, Twenty~4®
Best-seller
Non communiqué
Prix de vente publics
Premier prix pour une pièce acier sertie avec mouvement quartz
(par ex. montre dame Twenty~4®) : CHF 11’000.-
Premier prix pour une montre en or avec mouvement mécanique
(par ex. montre homme Calatrava) : CHF 17’400.-
Production annuelle
Environ 62’000 pièces

www.patek.com

Si cette montre régulateur – « un hommage aux horloges de précision qui ont longtemps servi à afficher le temps exact dans les ateliers et les observatoires astronomiques » – offre un charme rétro parfaitement maîtrisé, il en est de même d’une autre nouveauté : la Calatrava Semainier référence 5212A en acier, qui introduit une nouvelle fonction calendaire, le numéro de la semaine, en plus du jour et de la date. Inspirée d’une pièce unique de 1955, l’esthétique de cette pièce a été travaillée dans un esprit vintage qui, de nos jours, remporte tous les suffrages. Pour preuve, la maison a spécialement créé une typographie qui reproduit une écriture manuscrite, avec des lettres et des chiffres tous différents et uniques, en clin d’œil aux notes écrites d’un agenda papier.

Anniversaire au féminin

Sans la Twenty~4®, Patek Philippe ne serait certainement pas Patek Philippe. Icône féminine de la maison, cette montre célèbre son 20ème anniversaire. L’occasion pour la manufacture de lui donner un nouvel élan avec la Twenty~4 Automatique, qui abandonne la forme rectangulaire et le quartz pour adopter les rondeurs d’un boîtier de 36 mm en or ou en acier serti et la fiabilité du calibre 324 S C à remontage automatique. Pas moins de cinq ans de gestation ont été nécessaires pour peaufiner cette nouvelle expression de la Twenty~4®, notamment pour adapter le calibre à un boîtier plus petit et pour en soigner l’esthétique dans les moindres détails. Comme le résumait sobrement Thierry Stern, patron de la maison, lors de sa présentation à Milan : « Elle devait être parfaite. Elle devait être une Patek Philippe ! ».

Watch Art Grand Exhibition Singapore 2019.

Cap sur Singapour

Après Dubaï, Munich, Londres et New York, l’exposition itinérante de Patek Philippe a mis le cap à l’Est sous l’intitulé « Watch Art Grand Exhibition Singapore 2019 ». Comme l’explique la maison, « organisée durant l’année du bicentenaire de la fondation de Singapour, l’exposition souligne l’importance de la cité-État et de tout le Sud-Est asiatique pour Patek Philippe. Ces marchés jouent un rôle essentiel en raison du grand nombre de collectionneurs et de passionnés. » Et pour les émerveiller, Patek Philippe n’a pas hésité à sortir le grand jeu, du 28 septembre au 13 octobre, comme d’ailleurs à chacun de ces rendez-vous qui s’apparentent davantage à un véritable salon dédié à la belle horlogerie qu’à une simple exposition. La surface de 1’800 m2 a été prévue pour 10 espaces thématiques avec leur propre atmosphère, permettant au grand public de s’immerger dans le monde de Patek Philippe. Plusieurs montres en éditions limitées et une collection de pièces de haut artisanat inspirées du patrimoine culturel de la région furent également à l’honneur.