Chargement…

Montblanc : d’histoire et de grands espaces

Les collections Montblanc 1858 et Heritage puisent dans l’élégante horlogerie Minerva des années 1920 à 1950. Place à un temps où la montre est encore un indispensable instrument.

par Yannick Nardin

Rares sont ceux qui peuvent en dire autant ! S’appuyant sur l’héritage de la manufacture de mouvements Minerva, l’actuel Centre d’excellence de Montblanc, dédié à la montre et à la qualité, est en activité continue depuis plus de 160 ans. Sise à Villeret, en Suisse, la maison au nom de déesse s’illustre à l’époque dans la chronométrie, d’abord en format montre de poche, en compteurs, puis en version montre-bracelet. En 1936, elle présente notamment un remarquable compteur mécanique précis au 100ème de seconde. Intégré à Montblanc en 2007, l’Institut Minerva de Recherche en Haute Horlogerie est aujourd’hui dédié aux créations d’exception de la marque. La richesse de ses savoir-faire et ses capacités de production – dont la fabrication des spiraux – en font une vaste source créative. En 2019, l’expertise conjuguée de Montblanc et Minerva donne naissance à cinq nouveaux modèles Montblanc 1858 et à une nouvelle collection Heritage.

L’histoire, ici et maintenant

Avec sa campagne « Se reconnecter avec la nature », Montblanc plante le décor autour des nouvelles montres 1858. Elle présente deux hommes – le photographe de mode Dennis Leupold et l’auteur-compositeur-interprète Kristian Matsson – transposés d’une intense journée de travail à une évasion en pleine nature. « Cette campagne rappelle à chacun d’entre nous qu’il est important de se plonger dans les grands espaces pour se reconnecter à soi-même et au monde » résume Nicolas Baretzki, CEO de Montblanc. Inspirés par les chronographes Minerva des années 1920 et 1930, les modèles 1858 puisent dans l’histoire horlogère de la manufacture, mais aussi dans l’inspiration de la nature, vécue comme authentique. Sur le cadran de la 1858 Geosphere, deux globes rotatifs pour les hémisphères nord et sud ainsi qu’un second fuseau horaire évoquent ce monde à explorer. Les boîtes de la collection, disponibles en bronze et en version acier pour la 1858 Automatic, développent leur propre patine au fil du temps. Les teintes de bronze se marient avec le kaki du bracelet NATO et du cadran aux chiffres arabes beiges. La minuterie chemin de fer, l’ancien logo Montblanc, les aiguilles cathédrales, ou encore la couronne crantée et l’épaisse glace box en saphir renforcent l’esthétique vintage des modèles. Chacune des déclinaisons, limitée à 1’858 exemplaires, est étanche à 100 mètres et soumise au test Montblanc des 500 heures en conditions extrêmes.

Date de création
1906
Statut de la société
Société anonyme du groupe Richemont
Direction
Nicolas Baretzki, CEO
Nombre de collaborateurs
3’300
Collections phare
1858, Heritage, Star Legacy,
TimeWalker, Bohème
Best-seller
1858
Prix de vente publics
De CHF 1735.- à 280’000.-
Production annuelle
Non communiquée

www.montblanc.com

Le temps pour héritage

La nouvelle collection Heritage fleure aussi bon la tradition, tant par ses spécificités techniques que par son esthétique. Calendrier perpétuel ou encore chronographe monopoussoir, elle s’inspire des montres Minerva classiques des années 1940 et 1950. Le mouvement chronographe monopoussoir vibre au rythme de 18’000 alternances/heure, une fréquence traditionnelle qui permet d’admirer les oscillations du balancier. Un spiral à courbe Phillips fait main régule sa marche. La collection Heritage comporte des chronographes avec un compteur indiquant les 3, 6, 9 minutes du « payphone » – clin d’œil aux cabines téléphoniques d’antan, lorsque la conversation s’égrenait au rythme des piécettes.

La Montblanc Heritage Pulsograph, un chronographe monopoussoir en édition limitée à 100 exemplaires, rappelle les « montres de médecin », utilisées autrefois pour mesurer les pulsations. Également limitée à 100 pièces, la Montblanc Heritage Perpetual Calendar en or rose affiche, outre son calendrier perpétuel, un second fuseau horaire. Les déclinaisons de la collection Heritage arborent des cadrans saumon, caramel fumé et blanc argenté. Les boîtiers, en or ou en acier poli, présentent des fonds ouverts ou gravés du dessin de la manufacture Minerva, sur des bracelets Sfumato de la Richemont Pelletteria, la manufacture de cuir du groupe, basée à Florence, en Italie.

L’édition limitée Montblanc 1858 Split Second Chronograph réinterprète une montre militaire Minerva des années 1930.

Collectionneurs à l’âme d’explorateurs

Inspirée par un chronographe militaire Minerva des années 1930, la nouvelle Montblanc 1858 Split Second Chronograph rend hommage aux montres professionnelles Minerva, conçues pour l’usage militaire et l’exploration. Comme sur le garde-temps d’origine, la Montblanc 1858 Split Second Chronograph est dotée d’une échelle télémétrique en périphérie du cadran, pour mesurer par exemple la distance de la foudre lors d’un orage. Au centre du cadran, le garde-temps intègre un tachymètre (sur une base de 1’000 mètres) en forme de spirale à colimaçon, pour déterminer la vitesse d’un objet en mouvement pendant trois minutes. Le chronographe de ce modèle comprend une fonction rattrapante développée par les ingénieurs Montblanc, afin de mesurer différents intervalles de temps sans interrompre la mesure en cours. Dédiée aux collectionneurs, la Montblanc 1858 Split Second Chronograph est limitée à 100 exemplaires.